La peau et les huiles… On en parle ?

Souvent « boudée », elle fait pourtant partie des cinq émonctoires de l’organisme avec les poumons, les reins, les intestins et le foie. Elle a une importance d’autant plus cruciale qu’elle constitue une triple porte de sortie, car elle est le reflet du bon fonctionnement du foie, des intestins et des reins.
Son rôle est d’excréter les toxines (déchets) hors du corps grâce à la sueur.

Pour son bon fonctionnement, une alimentation saine, équilibrée et une bonne hydratation sont recommandées, mais il ne faut pas omettre de nourrir sa surface extérieure, et pas seulement le visage.  Dans nos pays occidentaux, nous avons tendance à ne pas trop nous soucier de notre peau « cachée », celle que l’on ne voit que dans l’intimité, nous inquiétant plus du visage qui est la surface de la peau qui est visible à l’autre, celle qui doit toujours être impeccable et avenante. Or, toute la peau est importante, celle des bras, des jambes, des fessiers, du ventre, a tout aussi le droit d’être dorlotée.

L’ayurveda préconise l’application d’huiles végétales biologiques pour une peau en bonne santé. Chaque huile a ses propres bienfaits, mais toutes ont la tâche d’assouplir, nourrir et protéger notre peau.

Quelle huile utiliser ? 
Il y a énormément d’huiles différentes et il parfois difficile de s’y retrouver. Il est très important de la choisir biologique et de première pression à froid, car c’est une huile qui n’a subi aucun traitement chimique et gardent ses principes actifs. Le but d’un massage est bien évidemment le bien-être qu’il procure, mais également le « bien à l’être ». ✨

Lors de mes massages, notamment le massage abhyanga, j’utilise celle correspondant le plus à la personne massée, en tenant compte des propriétés et du dosha de la personne (sa constitution ayurvédique).

L’huile de sésame pour les constitutions « vata ».
L’huile de coco (hors hiver, car elle est trop fraîche) ou l’huile de tournesol pour les
« pita ».
Les constitutions
« kapha », qui possèdent une peau douce, mais qui peut vite être grasse, les huiles sont déconseillées à l’exception de l’huile d’amande douce, qui peut être utilisée en petite quantité.

L’huile de monoï ou de coco peuvent être exceptionnellement utilisées pour le massage balinais, mais étant deux huiles solides, elles seront utilisées tièdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *